L'astrologie animiste des peuples du monde.

L'astrologie animiste.

Astrologie animisteEn Afrique, en Polynésie au Groenland, chez les indiens d'Amérique du Nord, les astres parlent à l'homme comme les plantes ou les animaux. Selon l'anthropologue Pierre Riffard, il y aurait 121 millions d'animistes dans le monde. Pour eux, plantes, animaux, pierres et astres ont une âme semblable à celle de l'homme.

Les indiens d'Amérique du Nord.

Lors de la danse face au Soleil qui précéda la célèbre bataille de Little Big Horn où le peuple sioux affronta l'armée du général Custer, en 1876, le grand chef Sitting Bull avait vu dans les astres la défaite des blancs. On le sait, la vision se vérifia.

Ce rituel solaire de l'astrologie animiste a toujours cours aujourd'hui. Il consiste à implorer le Soleil pour en obtenir une vision. Cela donne une idée de l'esprit cosmique qui imprègne toujours la mentalité indienne. Comme les Iroquois, les Crees et tant d'autres tribus, les sioux vivent encore "pieds nus sur la terre sacrée", en communion avec le ciel et la beauté du monde.

Leur univers s'étaye sur un arbre enraciné dans le sol et dont les branches s'épanouissent vers le ciel. Les âmes humaines vivent à la base, tandis que le faîte est réservé au Grand Esprit. Voilà pourquoi ils appuient leurs tipis sur un poteau central. Ces tentes sont circulaires afin de symboliser le cycle de l'univers, sans début ni fin.

L'astrologie animiste.

L'essence divine du Grand Esprit imprègne toute chose. Il tisse un lien de parenté entre les hommes, les animaux, les végétaux, les astres, etc... Les Amérindiens considèrent ainsi que les étoiles filantes, filles du Soleil et de la Lune, sont des messagères de bons présages. Et ils placent la Lune au centre de la "roue de la Médecine"cercle magique et divinatoire tracé lors d'un important rituel initiatique de l'astrologie animiste.

Chez les Indiens, le Soleil rythme le calendrier des cultures et des chasses, mais c'est la Lune qui détermine celui des mois. Une année comprend ainsi douze ou treize "Lunes" selon les tribus. Le zodiaque, circulaire, compte autant de signes que de Lunes. Chaque signe est un animal différent selon les tribus.

Ce choix est fonction du cycle de vie des animaux, de leur période de chasse, de leur caractère. On attribue à chaque signe une couleur, une plante et une pierre. La compréhension de ce zodiaque astrologique animiste fait appel à la sensibilité indienne, mais son utilisation ressemble beaucoup au zodiaque de l'astrologie occidentale.

Astrologie animiste : les Mayas, des astronomes hors pair.

Les Mayas étaient d'excellents astronomes. Pour eux, l'univers entier était sacré. Il s'étayait sur un arbre cosmique qui permettait de faire communiquer trois mondes : celui des défunts, celui des hommes et le ciel des dieux, des planètes et de la Voie lactée.

Cette dernière représentait la "route blanche" qu'empruntait l'âme des guerriers morts au combat avant de préparer leur réincarnation. Le moindre phénomène célèste était guetté par une cohorte de prêtres-astronomes depuis des observatoires, puis interpété comme une volonté divine.

Impossible de s'y soustraire. Ces prêtres rédigeaient des almanachs astrologiques qui régissaient la vie quotidienne du royaume. Tous leurs écrits font référence aux astres, chacun était personnifié. Il semblerait même qu'ils possédaient un Zodiaque dont quelques brides ont été identifiées.

Les évenements importants étaient fixés lors de conjonctions planétaires inhabituelles. Les éclipses solaires étaient craintes comme des évenements susceptibles de diminuer l'énergie vitale divine.

Astrologie animiste chez les Africains.

Dans la penséeanimisme africaine, l'homme est comme tissé dans un réseau de correspondances naturelles dont l'ampleur lui est révélé au cours des cycles de sa vie, au rythme de ses initiations. Dans de nombreuses tribus d'Afrique, ce sont les forgerons ou les potiers qui savent interpréter les signes dans les astres.

Dans les mythologies animistes, ce sont souvent ceux qui ont créé les étoiles en jetant de la poussière de terre ou qui ont fait naître le Soleil et la Lune en modelant des poteries. Mais leur rôle ne consiste jamais à prédir l'avenir. Il s'agit simplement de mieux comprendre l'homme et le présent afin de préserver l'harmonie du monde.

Ainsi chez les Dioulas d'Afrique de l'Ouest, un enfant est toujours sevré à la trente-troisième Lune. Chez les Dogons du Mali, qui ont élaboré l'une des cosmogonies animistes les plus complexes d'Afrique, la plupart des rites sont en relation avec l'étoile Sirius.

Au Ghana, chez les Ashanti, c'est le soleil qui joue un rôle primordial. Le roi est son incarnation sur la Terre. Il se couvre de poudre d'or ou porte des kilos d'or selon les cérémonies. Son trône est un tabouret du même métal qui, dit-on, est tombé du firmament avec la foudre.

Astrologie animiste chez les Inuits.

Leur ciel est peuplé d'anciens humains, de lointains aïeux qui, lors de la formation de l'univers, se sont transformés en planètes, étoiles et constellations, et veillent aujourd'hui sur leur destiné terrestre. A chaque instant, les Inuits savent qu'ils peuvent les consulter.

Les Inuits lisent dans les astres la réponse à leurs questions quotidiennes. Leur observation de la voûte célèste participe ainsi de leur connaissance de l'environnement. Un savoir précieux qui se transmet de chasseur en chasseur et leur permet de survivre en ces terres hostiles.

Parmi les astres, deux jouent un rôle particulier. La Lune, figure de l'horphelin, est un symbole masculin très protecteur. Elle apporte la clarté au coeur de la nuit et l'observation de son cycle permet aux chasseurs de se déplacer. Puis vient le Soleil, garant de fertilité et associé aux femmes.

On salut son apparition après quatre mois de nuit polaire. Le retour de la lumière est en effet promesse de longs raids en traîneau, de gibier, de nouveaux territoires de chasse, de nourriture fraîche.

Date de dernière mise à jour : 20/07/2014

×